Le Dr Nagi F. Khouri reçoit la plus haute distinction honorifique octroyée par Johns Hopkins Medicine

SUCCESS STORY
NEW YORK, de notre correspondante Sylviane ZEHIL | OLJ09/04/2015

Connu pour son professionnalisme, son « humanisme » légendaire, son dévouement, à l’écoute sans relâche de ses patients, Dr Nagi F. Khouri, professeur associé du Russell H. Morgan Department of Radiology and Radiological Science, vient de recevoir, grâce à l’immense reconnaissance et générosité de sa patiente, Carol Ann Flanagan, la plus haute distinction honorifique que peut octroyer la Johns Hopkins Medecine à un membre de sa faculté pour sa recherche et les soins aux patients. C’est la première fois qu’une chaire de ce genre est instituée. Il s’agit de la « Carol Ann Flanagan Professorship in Breast Imaging ».
Ceux à qui l’on confie cette chaire dirigent les recherches les plus avancées, attirent les étudiants les plus brillants et les plus dédiés, et apportent un grand prestige au nom de Johns Hopkins. À Johns Hopkins University, les chaires dotées sont extrêmement importantes pour leur mission continue d’enseignement, de recherche et soins aux patients. Les dons associés à la chaire permettent le recrutement et la rétention des meilleurs éléments qui constituent la base du succès de l’université. Les premières chaires dotées ont été établies il y a plus de 500 ans par lady Margaret, comtesse de Richmond et grand-mère du roi Henry VIII d’Angleterre. Henry VIII instaura les chaires royales (Regius Professorships) à Oxford et Cambridge pour la divinité, la loi civile, l’hébreu, le grec et la physique, qui sont devenues aujourd’hui la médecine et les sciences basiques. Plus tard, des chaires ont été dotées par des fonds individuels, telles que la chaire lucasienne de mathématiques, octroyée à Isaac Newton en 1669. Le grand prestige associé à une chaire dotée est, depuis lors, resté le même. Un véritable défi que le Dr Nagi Khouri a su relever avec excellence tout au long de sa brillante carrière. C’est cette excellence que Johns Hopkins a tenu à célébrer il y a quelques jours à Baltimore.

Cérémonie solennelle
Une cérémonie solennelle a groupé un parterre de 170 personnes, triées sur le volet, composé de grands pontes, médecins, professeurs, chercheurs, patients, famille – à savoir son épouse, Sylvana Sursock-Khouri, et ses trois filles, Yasmine Sursock-Khouri, Joanna Sursock-Swatik, Jade Sursock-Hubbard –, et amis. Salué et acclamé à l’unisson, Dr Khouri a reçu tous les honneurs de Dr Jonathan S. Lewin, senior vice president du « Russell H. Morgan Department of Radiology and Radiological Science » de John Hopkins Medicine, suivi d’une présentation du Dr Paul B. Rothman, doyen de la faculté de médecine, et CEO de John Hopkins Medicine, puis un hommage exceptionnel rendu par Dr Ronald J. Daniels, président de Johns Hopkins University. Prenant la parole à son tour, Dr Khouri a rendu un vibrant hommage à sa patiente, Carol Ann Flanagan, qui vient de faire don de 2,5 millions de dollars à l’hôpital pour la création de cette chaire pour marquer son appréciation d’avoir détecté sa maladie et d’avoir prêté une attention particulière à son cas. Ce « généreux don fournira un soutien significatif pour les diverses activités dans lesquelles je suis impliqué, et aussi à l’ensemble de la section de l’imagerie du sein de Johns Hopkins et à la recherche au département de radiologie de Johns Hopkins Medecine », a déclaré avec humilité Dr Khouri.
Célébrant « cette occasion très spéciale » pour parler « du couple merveilleux et le plus généreux, Ann et David Flanagan », Dr Khouri relate sa rencontre avec cette dernière à John Hopkins Medicine, le vendredi 12 mars 2004, qui venait pour un bilan de santé à la suite d’une grippe. Les conclusions d’une biopsie, faite le matin même, révèlent la présence d’une tumeur. Le médecin libanais « fixe le même jour un rendez-vous avec le chef chirurgien du sein de l’hôpital de l’époque ». Dix ans plus tard, Dr Khouri reçoit un appel du couple Flanagan qui exprime le souhait de « faire quelque chose de spécial pour célébrer notre relation et cette étape ».

L’aventure médicale
Fléau « plus fréquent chez les femmes » avec environ 300 000 personnes diagnostiquées chaque année aux États Unis, et 1,7 million dans le monde, le cancer du sein est le défi actuel du monde en développement. Près de 80 % des femmes diagnostiquées sont à un stade avancé, avec un très faible taux de survie. Aux États Unis, 80 % des femmes diagnostiquées d’un cancer de sein, détecté au premier stade, survivent, note Dr Khouri. Pourquoi donc cette différence ? s’interroge-t-il. « La sensibilisation accrue des médecins et des femmes en matière de santé du sein, le dépistage précoce par mammographie, l’amélioration des techniques chirurgicales, les développements en oncologie médicale avec l’avènement de la thérapie hormonale, les nombreux agents chimiothérapiques, ainsi que les améliorations dans la radiothérapie, en sont les principales raisons, » explique-t-il.
Johns Hopkins Medicine « est à la pointe pour le cancer du sein, estime-t-il. Avec de nouvelles modalités dans l’imagerie du sein, telles que la mammographie 3-D, l’IRM et l’imagerie moléculaire, nous continuons d’évaluer et d’affiner ces technologies », assure-t-il. Dr Khouri annonce une nouvelle voie de recherches qui traite les questions d’identification génétique avec plus de certitude pour les femmes à risque. « Et Il y a tant de choses à faire ! »

Expertise et gouvernements
Dr Khouri a joué un rôle modèle et de mentor exceptionnel auprès des résidents du département et des collègues qui se spécialisent en imagerie du sein, avec attention, dévouement, humanité, et compassion. Spécialiste du cancer du sein, ses efforts en oncologie sont importants, notamment dans ses découvertes qui ont réduit les interventions chirurgicales invasives au profit du diagnostic utilisant l’imagerie et les biopsies par ponction. Dès 2002, son travail est identifié comme une des premières priorités pour le Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center, en vue d’amener les patients, avec un cancer du sein, à Johns Hopkins, pour le diagnostic et l’intervention thérapeutique.
Durant sa carrière, Dr Khouri a partagé son expertise de l’imagerie du sein avec des gouvernements et organisations en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique latine, fournissant des directives pour la mise en place de centres multidisciplinaires du sein et de centres dédiés à la santé. Il est conseiller de nombreux gouvernements et d’ONG au Moyen-Orient pour l’aide à formuler des stratégies pour une plus grande sensibilisation, la détection, le diagnostic et le traitement du cancer du sein dans ces régions. Participant actif dans le département de radiologie qu’il a initié, il dirige un programme d’enseignement en E-Radiology. Ce programme, qui est dans sa quatrième année, couvre plusieurs pays dont un certain nombre de pays en voie de développement.
Durant plus de trois décennies, Dr Khouri a joué un rôle significatif de leader en imagerie du sein, reconnu à un niveau national et international, pour l’avancement de cette science afin de la rendre une spécialité complète en radiologie. Clinicien stellaire et enseignant de haut niveau, Dr Khouri est non seulement un modèle pour ses collègues et ses élèves, un grand spécialiste du sein, mais ce qui est encore plus important, il a fait preuve de dévouement, d’excellence clinique, en promulguant aux patients des soins personnalisés, attentionnés et chargés de compassion.

Leader
Diplômé en médecine de l’AUB en 1971, Dr Khouri commence une résidence à Johns Hopkins University en Diagnostic Radiology. En 1975, il devient radiologue spécialiste « Chest Services » au Russell H. Morgan Department of Radiology and Radiological Science. De 1976 à 1986, il est directeur de ce département. Il développe une technique de biopsie par aspiration des lésions pulmonaires à partir d’une aiguille. Il publie un article fondamental démontrant la précision de cette technique pour les lésions malignes et bénignes, et la fiabilité de cette procédure pour les lésions bénignes, ce qui permet d’éviter le recours à la chirurgie. En 1986, Dr Khouri quitte Johns Hopkins pour établir un centre indépendant de diagnostic d’imagerie du sein. Il devient le premier à utiliser une biopsie du sein guidée par l’image. Après l’incorporation de sa pratique privée à Johns Hopkins Imaging, en 1995, il assure la direction médicale du Centre de Green Spring où il se concentre sur l’imagerie du sein et sur l’intervention d’une approche plus personnalisée concentrée sur le patient.
En 1998, il rejoint à plein temps le département de radiologie à Johns Hopkins Medicine. De 2002 à 2012, Dr Khouri devient directeur de l’imagerie du sein à Johns Hopkins Medicine.
En 2006-2007, il est sélectionné parmi les Ten Top Women Images par Medical Imaging. Une bien belle carrière que Johns Hopkins vient de célébrer en grandes pompe et cérémonie.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.