Première conférence de la Lebanese Diaspora Energy à New York

ÉMIGRATION

Une initiative ambitieuse du palais Bustros pour relancer la croissance.

La première conférence sur le potentiel de la diaspora libanaise ou Lebanese Diaspora Energy (LDE) se tiendra à New York les 16 et 17 septembre. Parrainée par le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et mise en place par le consul général du Liban à New York, Majdi Ramadan, cette conférence régionale (elle concerne les émigrés de l’Amérique du Nord) attire plusieurs organisations dont notamment les Libanais de la haute finance internationale, Lebanese International Finance Executives (LIFE), le réseau des professionnels libano-américains (Lebnet), l’American Task Force for Lebanon et Abana. Y prendront part aussi des représentants du département d’État américain, des sénateurs d’origine libanaise, ainsi que des célébrités libanaises de la diaspora qui ont laissé leur marque dans le monde de la banque, des finances, des affaires, du commerce, de l’énergie, de l’académie, de la science, de la technologie, de la médecine, de la recherche, du journalisme, de l’art, de l’œnologie et de l’art culinaire.

Des objectifs ambitieux
« Rien n’est laissé au hasard. La conférence a été minutieusement chorégraphiée », explique à L’Orient-Le Jour Majdi Ramadan, qui a obtenu à l’arraché le soutien d’importantes institutions pour mener à bien cette initiative. La conférence a pour objectif de promouvoir la culture de l’esprit d’entreprise, en mettant l’accent notamment sur les start-ups. Elle est aussi l’occasion pour les entrepreneurs, les universités et les fondations de travailler ensemble pour créer des opportunités afin de pouvoir par la suite développer leur potentiel au Liban, aux États-Unis et au Canada. Les experts qu’elle réunit devront mettre au point des recommandations politiques avec des indicateurs de succès pour les appliquer au Liban. Les recommandations porteront sur la réforme et la croissance économique ainsi que sur une grande variété de questions pertinentes, allant du renforcement de l’écosystème, aux start-ups, à la diversification des ressources économiques, la création d’emplois, le développement des talents et des compétences, à la création de partenariats éducatifs, aux possibilités d’investissements et à la diversification des ressources énergétiques au Liban.

La conférence célébrera en outre les success stories de cette riche diaspora et fournira à tous les participants une plate-forme pour partager leurs expériences. Elle vise également à poursuivre la création d’un réseau de professionnels qui ont réussi dans le monde entier et à mettre en place une autre plate-forme, « Let’s Get Connected » ou le programme de recouvrement de la nationalité libanaise. L’objectif est que les Libanais de la diaspora – source importante de revenus pour le pays, estimés à 7,7 milliards de dollars en 2014, soit environ 17 % du PIB du Liban – puissent recouvrer la citoyenneté libanaise. Avec son savoir-faire, ses investissements et ses connexions commerciales mondiales, la diaspora libanaise est devenue une force économique qui compte pour le pays.
Grâce aux envois de fonds, elle contribue notamment à réduire la pauvreté.

Nouveaux horizons et partenariats
Les deux jours seront marqués par des débats détaillés sur d’importantes questions. Au programme du premier jour, les start-ups et l’entrepreneuriat : opportunités et défis pour le premier atelier de travail. Un deuxième panel sera axé sur la diversification des ressources énergétiques et les problèmes économiques endémiques, notamment la croissance de la dette nationale et la nécessité de la création d’emplois, ainsi qu’une approche rapide pour l’extraction et la production de ressources fossiles.

Le troisième sujet portera sur les partenariats éducatifs et la coopération en matière de santé : l’échange de connaissances et le renforcement des capacités. Compte tenu de sa société libérale et pluraliste, le Liban est positionné pour être une plaque tournante de l’éducation du Moyen-Orient. Le débat se penchera sur l’état de l’enseignement supérieur au Liban, y compris la recherche et les bourses d’études, sur le maintien d’une éducation de qualité tout en la rendant abordable et accessible, sur les partenariats éducatifs qui peuvent transformer le Liban en un centre éducatif régional et sur l’amélioration des initiatives visant à renforcer les capacités de formation qui répondent aux besoins du marché du travail et à un environnement propice à l’innovation. Les débats porteront aussi sur la coopération dans les domaines de la science et de la technologie.

Le quatrième sujet de débat se concentrera sur le thème « Let’s Get Connected » ou le programme de recouvrement de la nationalité libanaise avec les différentes institutions qui devront élaborer des politiques visant à renforcer ses liens avec le Liban. L’engagement émotionnel et patriotique doit être associé à l’inclusion politique et à la création de groupes de pression qui font du lobbying pour des intérêts politiques, économiques et sociaux libanais, selon les organisateurs. La réussite de la diaspora peut inspirer les jeunes Libanais à réaliser leur potentiel. Une stratégie publicitaire impliquera des célébrités encourageant les campagnes de citoyenneté.

Le cinquième panel est consacré à l’investissement, la diversification et la croissance économique au Liban (banques, finances et services). Compte tenu du potentiel de croissance grâce à la diversification économique au Liban, l’économie libanaise ne doit pas rester seulement une économie des services, d’autant que le manque de stabilité régionale a été préjudiciable à ce secteur. Le débat portera sur le secteur bancaire, principal moteur économique, et sur la manière de promouvoir la diversification économique sous la direction de la Banque centrale, le rôle de la microfinance dans la réalisation de la diversification économique, les réformes structurelles nécessaires pour créer un environnement propice à l’investissement, la mobilisation des capitaux de la diaspora en dehors des flux d’envois de fonds pour financer des projets éducatifs, médicaux et l’infrastructure, et l’identification de ses opportunités d’investissement tels que l’immobilier, l’agriculture, l’industrie qui donnent des rendements élevés et attirent l’intérêt.

Le sixième panel s’occupera du Branding Liban – acheter libanais – et de la cuisine libanaise. Les exportations libanaises ont récemment connu une expansion dans les industries alimentaires, les produits chimiques, le papier et les bijoux. La qualité de la cuisine libanaise et le vin du Liban ont également un potentiel de croissance. Le défi est d’augmenter les exportations vers l’Amérique du Nord en renforçant les secteurs concurrentiels tels que l’industrie des bijoux, l’industrie alimentaire et les boissons.