Un comité de l’UIP se rendra en mission au Liban

Des membres du Comité chargé de promouvoir le respect du droit international humanitaire de l’Union interparlementaire (UIP) vont entreprendre une mission de trois jours au Liban pour évaluer la crise des réfugiés syriens. La mission, qui débutera le 30 mai, examinera la situation des réfugiés syriens, de même que l’impact sur le Liban en tant que pays hôte. Le Liban, dont la population est d’environ quatre millions d’habitants, héberge actuellement plus d’un million de réfugiés syriens, selon les chiffres du Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR).
« Conduite par le président du comité, Samir Owaïs de Jordanie, l’équipe de l’UIP comprendra des parlementaires d’Europe et d’Afrique, dont notamment les députées soudanaise M. Haj Hassan Osman, et suédoise Monica Green », indique à L’Orient-Le Jour Jemini Pendya, porte-parole et directrice des communications de l’UIP. La délégation rencontrera des réfugiés, des responsables gouvernementaux ainsi que des hauts responsables d’organisations humanitaires et non humanitaires, parmi lesquelles le HCR et le CICR, afin de discuter de la crise et de la meilleure manière d’en atténuer les effets grâce à une action renforcée des parlementaires du monde.
Le Comité s’emploie à faire respecter le droit et les accords humanitaires partout dans le monde, notamment en ce qui concerne le traitement des réfugiés et des personnes déplacées internes. Son action contribue à renforcer l’action humanitaire dans le monde entier, ce qui concorde exactement avec les discussions qui se tiennent cette semaine en Turquie au sommet mondial sur l’action humanitaire.

Première mission au Liban
« C’est la première mission de ce type au Liban. En 2013, une mission du comité du droit humanitaire international s’était rendue en Jordanie afin de mobiliser la communauté mondiale dans la réponse à la crise des réfugiés », a noté la porte-parole et la directrice des communications de l’UIP. « L’objectif de cette mission est que notre comité ait une meilleure compréhension de la situation sur le terrain en ce qui concerne les questions relatives aux réfugiés syriens et l’impact de la crise au Liban. Cela stimulera la communauté parlementaire internationale à soutenir les efforts pour résoudre la crise des réfugiés », a-t-elle souligné.